petites morts sans importance
&
poésie de supermarché

 

 

dans le lac

 

 

Entre ce que je dis et ce que j’en fais,
il y en pas mal qui passe à la trappe.
Plus que tu ne croies, je mets de coté,
que tu les découvres et je m’échappe.

Je sais te regarder droit dans les yeux,
te faire croire que je vais bien mieux.

Le vrai est peut-être dans le lac,
dans les bas fonds opaques,
plonge tes mains dans le cloaque
et laisses-y ton cœur en vrac.

Coule l’eau en ruisseaux et se vide le lit de ses maux,
le monstre, à la lumière, redeviendra statue de pierre.
Mais dans le lac…

Entre ce que je suis et ce qui te plait,
il y a comme des farces et attrape-
nigauds pour qui voudrait m’aimer,
du malheur et des fautes de frappe.

Je sais encore me recouvrir de ta peau,
te faire croire que tu me tiens chaud.

Le vrai est peut-être dans le lac,
dans les bas fonds opaques,
plonge tes mains dans le cloaque
et laisses-y ton cœur en vrac.

Coule l’eau en ruisseaux et se vide le lit de ses maux,
le monstre, à la lumière, redeviendra statue de pierre.
Mais dans le lac…