petites morts sans importance
&
poésie de supermarché

 

 

électrocardiogramme

 

 

J’avais si mal, j’avais si froid
que je ne pouvais voir ce paradis en moi
et je croyais à tord qu’il n’existait pas
ailleurs que dans tes bras.

De haut en bas j’oscille, je dessine du rire au drame,
sur un papier trop usé, mon électrocardiogramme.
Mon beau défunt,
mon bon à rien,
ni dans ta tête,
ni dans ton cœur,
ni dans tes mains.

J’étais si haut, j’étais si bas
que je ne pouvais voir l’Eden en moi
et je rêve à tord entendre tes pas
en retour quand tu t’en vas.

De haut en bas j’oscille, je dessine du rire au drame,
sur un papier trop usé, mon électrocardiogramme.
Mon beau défunt,
mon bon à rien,
ni dans ta tête,
ni dans ton cœur,
ni dans tes mains.