petites morts sans importance
&
poésie de supermarché

 

 

miroir

 

 

Regarde-moi droit dans les yeux,
lis sur mes lèvres ces mots que tu murmures.
Je suis ton miroir, je suis ceux
que tu caches à l'abri, derrière tes murs.

Et quand tu m'arraches le cœur,
je te vois de l'autre coté qui pleure.

Frappe-moi, insulte ma mémoire,
reproche-moi toutes ces choses que tu es,
enfouies au plus profond de toi,
que je paye au prix fort de te les rappeler.

Et quand tu m'arraches le cœur,
je te vois de l'autre coté qui pleure.

Déteste-moi jusqu'à la trahison,
deviens mon Judas, attache-moi sur le bois
et jusqu'à la haine, sans pardon,
déchire mon flan sur ta pute croix.

Et quand tu m'arraches le cœur,
je te vois de l'autre coté qui pleure.