petites morts sans importance
&
poésie de supermarché

 

 

par défaut

 

 

Je n’ai été pour cet amant
qu’un rat de laboratoire,
de quoi tester son sentiment
et préparer son départ.

Combien je l’aimais,
ce qu’il m’en a coûté.

J’ai compris trop tard l’illusion
de ses silences à mes questions,
le mensonge par simple omission,
ses bras marbre avant la démission.

Mais alors,
j’étais beaucoup trop haut,
j’avais tord
de le trouver si beau.
Mon remord,
d’avoir été sien par défaut.

Je n’ai été pour cet amant
qu’un animal de foire,
docile, un amusement
pour passer certains soirs.

Combien je l’aimais,
ce qu’il m’en a coûté.

La confiance, la soif et le pardon,
la chute libre sans autre rebond,
le dur retour à la simple raison,
sa promesse avant la disparition.

Mais alors,
j’étais beaucoup trop haut,
j’avais tord
de le trouver si beau.
Mon remord,
d’avoir été sien par défaut.