petites morts sans importance
&
poésie de supermarché

 

 

spider moon

 

 

L'hiver s'allonge et j'oublie peu à peu
les jours heureux.
Je retourne les photos une à une
les visages joyeux,

j'ai laissé entrer la poussière,
j'ai appris à me taire.

Et parfois, au milieu de la nuit,
je marche nu dans la rue
des toiles d'araignées au bout des doigts.
Et parfois, au milieu de la nuit,
j'écoute les rayons de lune
et juste face au cerisier, je pose le miroir.

Mon coeur est parti il y a longtemps,
sans bagages.
J'ai arraché la croûte jusqu'au sang
et de rage,

j'ai laissé le jardin aux herbes,
j'ai appris à défaire.

Et parfois, au milieu de la nuit,
je marche nu dans la rue
des toiles d'araignées au bout des doigts.
Et parfois, au milieu de la nuit,
j'écoute les rayons de lune
et juste face au cerisier, je pose le miroir.